Les archives font partie du patrimoine du CREPA. Quand il s'est créé en 1990, il reprenait les activités initiées par le Centre de recherches historiques de Bagnes (CRHB) qui étaient de constituer les arbres généalogiques des familles de la paroisse. Si les sources principales de tout généalogiste sont les registres paroissiaux, elles ne doivent en aucun cas être les seules et c'est ainsi que le CRHB a commencé à collecter des archives provenant de particuliers, dans le but surtout d'utiliser leur contenu pour confirmer ou infirmer la recherche généalogique.

Avec le temps, le CRHB puis le CREPA ont été reconnus lieu de récolte et de conservation d'archives et actuellement, notre centre de documentation renferme plus de 300 fonds d'archives privées, provenant des quatre coins du CREPA, ce qui représente plus de 20'000 documents, couvrant la période du 17e au 20e siècle, celle étudiée par les généalogies. Les deux-tiers sont dépouillés, et nous lançons aujourd’hui une nouvelle campagne de récolte à l’échelle régionale.

La qualité de ces archives est irrégulière. Certaines ne sont composées que de quelques documents et donnent un aperçu très succinct des personnages qui y sont mentionnés. D’autres sont très importantes, soit en quantité ou en qualité, soit les deux, et rendent compte d’une période, d’une famille, d’un événement de façon presqu’exhaustive. La grande partie se situe entre ces deux extrêmes. Ces archives ne constituent toutefois pas un ensemble cohérent, de par leur provenance variée, mais qu’elles sont un magnifique complément aux archives religieuses, cantonales et communales que l’on retrouve dans les grands centres d’archivage.

Plusieurs fonds ont été dépouillés par des professionnels, notamment d’anciens archivistes cantonaux et des historiens, mais la majorité de ce travail a été réalisé au CREPA. La forme de ces dépouillements a subi quelques modifications avec le temps, surtout avec le développement des moyens informatiques.

L’utilisation de ces fonds d’archives se fait en majeure partie en interne, tant pour les études généalogiques que pour la rédaction d’articles, voire de publications. Depuis quelques temps, la situation est en train de changer. En 2004, le CREPA a obtenu du Fonds national de la recherche scientifique un financement pour étudier les réseaux sociaux dans une vallée alpine aux 18e et 19e siècles (Bagnes), sur la base des recherches généalogiques, mais aussi des archives en notre possession. Le Centre organise aussi des séminaires universitaires et donne la chance à des étudiants de travailler sur des archives originales et souvent vierges de toute étude.

Le CREPA se trouve donc à la DSC04118_site2croisée des chemins et a opté pour la valorisation de son patrimoine. Il y a eu le temps de la récolte, même s’il n’est de loin pas terminé, il y a maintenant celui de l’exploitation car une archive n’a de valeur que si elle est visible et étudiée.

Le colloque
Les archives en général se trouvent à un tournant, en cette période caractérisée par une surproduction générale, l’avènement du numérique et la « démocratisation » de la profession. Des paramètres qui posent des questions essentielles sur les archives et leur conservation. Qu’est-ce qu’une archive ? Est-ce que le terme générique évolue et comment ? Que faut-il conserver ? Quels sont les moyens à mettre en œuvre pour assurer cet archivage ? Comment traiter les fichiers numériques, photographies et autres ? Une multitude de questions qui justifient la tenue de ce colloque.

Coorganisé par le CREPA et les Archives de l'histoire rurale le 17 juin 2011, le colloque s'est magnifiquement déroulé, avec la présence de plusieurs personnes actives dans le monde de l'archivage, tant à l'échelle régionale que cantonale.

Les intervenants étaient de qualité et les débats l'ont été tout autant.

Vous avez la possibilité ci-dessous de découvrir dans le détail la teneur des contributions scientifiques, ainsi qu'un résumé des ateliers qui ont été organisés durant cette rencontre.

Exposé de Beat Brodbeck, archiviste aux Archives de l’histoire rurale à Berne à télécharger

Exposé de Denis Reynard, archiviste aux Archives cantonales du Valais à Sion à télécharger

Exposé d'Isabelle Reuse, documentaliste à la Médiathèque Valais à Martigny à télécharger

Exposé de Claudio Biffi, historien à télécharger

Atelier dirigé par Denis Reynard à télécharger

Atelier dirigé par Claudio Biffi à télécharger

Conclusion par Pierre Dubuis, historien à télécharger